web analytics

DOK – Democracy is OK

Kuźnia Demokracji

La Marche de la Dignité des Femmes – Varsovie 18 juin 2016

FB_IMG_1465580745862

                     Les droits des femmes sont les droits de l’homme


Madame, Monsieur,

Cette lettre est un appel à la solidarité avec les femmes en Pologne. Nos droits sont menacés. Nous avons besoin de votre soutien !

En 1989, les Polonais ont retrouvé la liberté. Les premières élections partiellement libres ont eu lieu quelques mois avant la chute du Mur de Berlin. Nous nous sommes engagés sur la voie du développement démocratique, nous avons commencé à bâtir un Etat de droit et, en 1997, notre Constitution fût adoptée. Elle contient des garanties sur les droits et les obligations de tous les citoyens, sur le respect de la dignité, de l’intégrité physique, de la vie privée, du droit à la vie, à la santé et à l’éducation des Polonais.

En même temps, dès le début des années 90, les femmes polonaises assistent à l’érosion systématique de leurs droits et de leurs libertés. En 1993, une nouvelle loi sur l’avortement, extrêmement restrictive – une des plus sévères en Europe – est finalement adoptée, au mépris de l’opposition de 1,7 millions de citoyens ayant signé une pétition de protestation. Aujourd’hui nous nous trouvons face à une tentative d’interdiction totale de l’avortement. Il est fort probable que le législateur limitera finalement de 3 à 2 le nombre de cas où l’IVG resterait licite (actuellement elle n’est autorisée qu’en cas de malformation du fœtus, de danger pour la santé de la mère, de viol et/ou inceste).

En décembre dernier, le gouvernement a décidé de couper les vivres aux centres de dépistage (mammographie et tests Pap), en dépit des statistiques montrant que le cancer du col de l’utérus tue 70% de plus en Pologne qu’en moyenne ailleurs en UE. A partir de juillet 2016, la fécondation in vitro ne sera plus remboursée, ce qui privera des milliers de femmes de la possibilité d’avoir des enfants. Des lois récentes ont déjà limité l’aide médicale aux femmes, en leur interdisant entre autres le choix de la sage-femme pour leur accouchement. Le durcissement planifié de la loi anti-avortement va limiter le recours au diagnostic prénatal et aux traitements en cas de complications lors de la grossesse, car ces actes médicaux sont susceptibles de provoquer un avortement ou une fausse-couche, ce qui pourrait conduire le médecin et la femme devant le tribunal, et même en prison. La situation des femmes en Pologne ne cesse de détériorer.

Nous sommes 800 000 chaque année à subir les violences domestiques. Cela n’a pas empêché le gouvernement, pour la première fois depuis la fondation, il y a 21 ans, du Centre pour les Droits des Femmes (Centrum Praw Kobiet), de priver de financement cette institution qui vient en aide aux femmes qui en ont le plus besoin. Le retrait des subventions fût officiellement justifié par le fait que « cette organisation ne vient en aide qu’à un seul groupe social » (c’est-à-dire les femmes).

Les investigations et les suites judiciaires données aux cas rapportés de viol ou d’harcèlement sexuel ont un caractère tellement humiliant, en Pologne, que 90% de viols ne sont pas signalés à la police, 67% des plaintes sont laissées sans suite et les violeurs, une fois devant les juges, ne sont punis qu’avec clémence, bénéficiant souvent d’un sursis.

Le non-paiement de la pension alimentaire est devenu en Pologne endémique. Les pères polonais doivent à leurs enfants 9,7 milliards de zlotys (environ 2,3 milliards d’euros). Les femmes en Pologne, comme ailleurs dans le monde, sont moins bien payées que les hommes. Elles sont moins bien traitées sous tous les aspects. Elles sont victimes de la violence psychologique, physique et économique.

Tout cela nous conduit à dire ASSEZ ! Réagissant spontanément à l’annonce d’une proposition de loi interdisant totalement le recours à l’avortement, le 1er avril 2016, nous avons décidé de passer à l’action. Nous ne sommes qu’un groupe de femmes polonaises ordinaires. Il n’y a pas de politiciens qui se cacheraient derrière nous. Nous n’appartenons pas à des organisations féministes. Nous travaillons dans l’industrie du cinéma, dans les multinationales ou nous sommes des auto-entrepreneuses. Nous avons décidé d’organiser une Marche à Varsovie, le 18 juin 2016, avec comme mot d’ordre : « Les droits des femmes sont les droits de l’homme ».

Ce n’est qu’un premier pas, notre lutte sera longue. C’est pourquoi nous avons besoin de vous ! Faites entendre notre voix, rejoignez-nous, apportez-nous votre soutien et votre solidarité !

Au nom des femmes polonaises en lutte,

Le Collectif d’Organisation de la Marche de la Dignité des Femmes

#SolidarityWithPolishWomen

Flag_of_the_United_Kingdom.svg

 

Dodaj komentarz

Twój adres email nie zostanie opublikowany. Pola, których wypełnienie jest wymagane, są oznaczone symbolem *

Kategorie

License:

This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NoDerivatives 4.0 International License.

W blog Democracy is OK D.OK zamieszczamy teksty, których tematyka jest zgodna z ideami wyrazonymi w naszym Manifescie, jednak za tresc artykulow i wyrazone w nich opinie odpowiedzialni są tylko i wylącznie ich autorzy.